Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - lycée

Fil des billets

13 mai

Un lycéen blessé à Champigny-sur-Marne

voiture police Encore un cas de violence à l'école , un de plus. Un lycéen de 17 ans a été grièvement blessé ce matin à Champigny-sur-Marne à proximité du lycée professionnel Gabriel-Péri dans lequel il se rendait. Le jeune homme a été grièvement blessé par plusieurs coups de couteau dont deux dans le dos. Il a été transporté dans un état grave à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière. Son pronostic vital ne serait toutefois plus engagé selon les dernières informations disponibles. Selon le Parisien l'agresseur présumé, un jeune homme de 18 ans, a été interpellé dans la matinée. Il aurait eu un différent avec sa victime. Il a été placé en garde à vue.

Lire la suite...

16 mar.

Un directeur de lycée blessé d'un coup de couteau

voiture policeEncore un cas de violence à l'école. Cela se passe cette fois à Schiltigheim en Alsace où le directeur du lycée professionnel Charles-de-Foucauld a été blessé en début d'après-midi à l'arme blanche par l'un de ses élèves.

L'auteur présumé de ce coup de couteau, un élève de 16 ans, n'aurait pas accepté d'être exclu de son cours et était venu demander des explications au directeur de l'établissement. Il était en compagnie de deux camarades exclus eux aussi ce matin de leur classe en raison de leur comportement

Lire la suite...

13 fév.

Une enseignante enceinte rouée de coups !

voiture policeEt encore l'inadmissible dans un lycée français. Une enseignante enceinte de 4 mois a été rouée de coups ce matin dans sa salle de classe du lycée professionnel Jean Rostand de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines. Heureusement plus de peur que de mal pour cette professeure d'anglais qui, marquée au visage, a été choquée mais pas blessée. Elle s'est rendue à l'hôpital pour des examens de contrôle. Quant à l'agresseur, un homme jeune selon les différents témoignages, il portait un foulard et lui aurait assené deux coups de poing en plein visage.

Lire la suite...

09 oct.

Grenoble : Une arrestation suite à l'agression d'un proviseur !

Mardi le proviseur du lycée technique Louise-Michel était violement agressé au sein de son établissement par une dizaines de jeunes gens "étrangers au lycée". Ce proviseur avait eu "le malheur" de faire son travail en interpellant un jeune surpris en train de rouler en scooter au sein de son établissement . Voyant leur "ami" pris au piège, une dizaine de jeunes "étrangers au lycée eux aussi" étaient alors venus pour l'aider n'hésitant pas à rouer de coups de poings et de coups de pieds, le proviseur... qui avait du être admis aux urgences de l'hôpital.

Aujourd'hui Xavier Darcos Ministre de l'Education Nationale est venu sur place et en a profité pour annoncer l'arrestation d'un jeune homme de 23 ans bien connu des services de police "Nous sommes en face d'un récidiviste bien connu des services de police" a t-il notamment précisé. En fait, et selon Jean-Claude Borel-Garin, directeur départemental de la Sécurité publique de l'Isère, c'est le jeune homme qui serait venu lui même se livrer aux autorités.

Lire la suite...

08 oct.

Un proviseur roué de coups à Grenoble !

Dans la série "mais à quelle époque vivons nous", et selon une information révélée par le Dauphiné Libéré, nouveau cas de violence au sein d'un établissement scolaire Français. Cela s'est passé hier soir à Grenoble au sein du lycée technique Louise-Michel. Le proviseur du lycée qui tentait d'empêcher un jeune "étranger au lycée" de rouler en scooter au sein de l'établissement s'est retrouvé roué de coups par une bande de dizaines de jeunes venu aider leur "ami" pris au piège par le proviseur et plusieurs de ses adjoints.

Roué de coups de poings et de coups de pieds, le proviseur a été admis aux urgences de l'hôpital. Il a reçu plusieurs points de suture mais a pu regagner son domicile.

Quant aux agresseurs, s'ils ont réussi à prendre la fuite, ils seraient en cours d'identification. Jean-Claude Borel-Garin directeur départemental de la Sécurité publique, les à inviter à se rendre par eux-mêmes au commissariat central «faute de quoi nous serons contraints de venir les chercher!» a t-il déclaré au Dauphiné Libéré.

Lire la suite...